Le cannage chevillé collé


C’est également un cannage français à six brins, entièrement manuel, mais, à la différence du cannage traversé, cette technique, apparue au XIXè siècle, ne s’applique que pour les dossiers et joues de fauteuils ou canapés pour lesquels l’arrière, visible,  ne  doit  pas  laisser  apparaître  les  nœuds.


Les trous ne traversant pas le châssis (ils sont dits               «borgnes »),  les  brins  ne  le traversent  pas  non  plus.

Les brins de canne sont donc coupés à dimension, un par un, fixés brin par brin dans chaque trou , collés et maintenus par des chevilles en laiton.

Chaque étape du travail (ourdissure, monture et garniture)    

 nécessite   d'attendre  le  séchage   complet   de  l'étape

précédente  avant  de  continuer.

 

La finition, enfin, qu'il s'agisse d'une finition chevillée ou de la mise en place d'un brin de recouvrement, nécessite une grande patience et beaucoup de minutie car chaque trou va être traité individuellement et recevoir son propre "petit pont" prédécoupé et collé: un travail de fourmi!

 

Sa mise en œuvre nécessite donc encore plus de temps que celle d’un cannage traversé.

 

Moins résistant que le cannage traversé, il n’est pas utilisé pour les assises.


__________________________________________________